Haut de page

Les Simpson à la TV

La pêche au Ned
S22E22

Ned Flanders tombe sous le charme d'Edna Krapabelle...

Burns verkaufen der Kraftwerk

SEQ1 - INT/JOUR Centrale nucléaire - salle de bains
[Smithers fait un shampooing à M. Burns]
Smithers : C'est un produit révolutionnaire monsieur, une formule scientifique qui nettoie et rince sans laisser de dépôts gras.
Burns : Oh, chic alors.
Smithers : Il est très doux, on peut l'utiliser tous les jours.
Burns : La vie n'est-elle pas grandiose. [il verse une larme]
Smithers : Oh, qu'y a-t-il monsieur, je vous en ai mis dans les yeux ? Pourtant il est dit sur l'étiquette « adieu les larmes » !
Burns : Voilà une belle promesse, mais pour ça il faudrait d'autres pouvoirs que ceux d'un pauvre shampooing.
Smithers : Oh, je sens que vous me cachez quelque chose, monsieur. Vous préférez peut-être parler à Miam-Miam le crocodile ?
Burns : Peut-être.
Smithers : [il met une marionnette crocodile sur sa main et prend une autre voix] Bonjour M. Burns !
Burns : Miam-Miam, c'est difficile à croire mais il n'empêche que j'ai été un petit garçon courant pieds nus, les cheveux au vent, je rêvais de marquer un but de 40 mètres, d'écraser les nations par le seul pouvoir de ma plume.
Smithers : [voix de Miam-Miam] Vous avez encore le temps de faire tout ça !
Burns : Crois-tu ? C'est qu'une centrale nucléaire est une maîtresse exigeante, Miam-Miam.
Smithers : [voix Miam-Miam] Vous éprouvez du ressentiment à son égard ?
Burns : Oui, oui exactement. Au fond, il est peut-être temps que je me sépare de cette vieille dame.
Smithers : Ooooooooooooohhhhhhhhhhh !!!

SEQ 2 - INT/JOUR Centrale - couloir
[Homer essaie de mettre un billet tout déchiré dans la machine à friandises, mais elle le refuse et le billet ressort]
Homer : D'oh ! Oh, mais qu'est-ce qu'il leur faut !
[on voit M. Burns passer avec une serviette sur la tête, suivi de Smithers ]
Burns : Une petite sieste me remettra peut-être d'aplomb.
Smithers : Je vais chercher la cassette du chant des baleines, j'arrive.
Homer : [il pleure, appuyé contre la machine] Oh, c'est pas juste !!
Smithers : Je sais ce que vous ressentez Simpson, je n'ai jamais vu M. Burns aussi déprimé.
Homer : Hein ?
Smithers : Sous prétexte qu'il est riche, puissant et cruel, les gens pensent que M. Burns n'éprouve aucun sentiment. Hé bien si ! [Homer ne l'écoute pas, il essuie le billet sur sa jambe et le réintroduit dans la machine] Vous voulez que je vous dise, je parie qu'il ne vendrait pas sa centrale pour 100 millions $ !
Homer : Ouh, ça en fait de la thune ça. [Le billet ressort] D'oh ! Oh... Mr Smithers, vous avez de la monnaie d'1 $ ?
Smithers : [il lui donne de la monnaie] Bien sûr, tenez. Mangez, ça vous remontera.

SEQ 3 - INT/JOUR Centrale - Bureau d'Homer
[Le téléphone sonne, Homer décroche]
Homer : Homer Simpson, oui ?
Agent de change : [à l'autre bout du fil, on voit qu'il est dans un bureau sordide et très mal éclairé.] Homer, je suis votre agent de change. Pour la première fois depuis dix ans vos actions de la centrale nucléaire sont en hausse.
Homer : Ah bon, j'ai des actions ?
Agent de change : En acceptant de renoncer à certains de leurs droits constitutionnels tous les employés en ont reçu.
Homer : Alors, de combien elles ont monté ?
Agent : Non, c'est pas comme ça qu'il faut faire, mon bouquin dit qu'on doit d'abord discuter avant de vous faire négocier. Vous êtes en vie ?
Homer : Ouais.
Agent : Vous aimez un sport ?
Homer : Bien sûr.
Agent : Vous savez danser ?
Homer : Plus maintenant.
Agent : Faudrait se voir un de ces quatre.
Homer : Ça serait bien.
Agent : Bon, maintenant la confiance est établie.
Homer : Ben euh, comment ça va ?
Agent : [il tousse à en cracher ses poumons] Je suis à l'article de la mort. D'ailleurs par prudence je loue plus ce bureau qu'à la semaine.
Homer : [agacé] Ouais, ouais, de combien elles ont monté ?
Agent : Je vais consulter l'ordinateur. [il prend un journal] De 25 cents par action.
Homer : Alors je fais quoi ?
Agent : Bon, que je vous affranchisse, vous aurez 25 $ si vous vendez maintenant.
Homer : Vendez, vendez, vendez, youhou ! [il raccroche] 25 beaux dollars... [il ferme les yeux et imagine ce qu'il ferait avec cet argent. Il s'imagine d'abord chez le coiffeur, ensuite il s'imagine faire laver sa voiture dans un car-wash] Lavage à la cire... [enfin, il s'imagine acheter un marteau] Oh, un marteau !

SEQ 4 INT/JOUR - Maison des Simpson - Salon
[Bart regarde Itchy et Scratchy à la télé. Itchy est habillée en menuisier et a attaché Scratchy à une poutre, puis elle lui plante un clou dans la tête et y accroche un tableau. Bart rigole]
Marge : Bart, Bart, mets les nouvelles de la bourse, tante Patty a dit que nos actions avaient grimpé en flèche !
[Bart change de chaîne]
Scott Christian : [à la télé] Des rumeurs non confirmées d'offres d'achat ont fait monter l'action « Burns universel » de 1/8ème de dollar à 52 $.
[Marge prend une calculette et calcule de combien les actions ont monté]
Marge : Oh ! Les actions de ton père valent aujourd'hui 5200 $ !
Bart : Ouah, 5200 biftons ! [Comme Homer tout à l'heure, il ferme les yeux et imagine ce qu'il ferait de cette somme : il se voit d'abord aux commandes d'un 4x4 géant avec lequel il écrabouille des voitures, il se voit ensuite allongé devant une bétonneuse qui lui verse des litres de chocolat fondu dans la bouche, ce qui fait grossir son ventre, et enfin il se voit voler dans les airs grâce a une espèce d'aéroglisseur accroché à son dos et écrire « va te faire shampouiner » dans le ciel. Une fois sorti de ses pensées il rigole]

SEQ 5 - INT/JOUR Bar de Moe
Moe : Je te sers une Duff Homer?
Homer : Non, je voudrais une bouteille de Henry K. Duff grande réserve !
Moe : Oh ! [il sort une bouteille et s'apprête à la décapsuler] Tu es sûr ? Parce qu'une fois ouverte, plus question de rembourser !
Homer : [il pose un billet de 20 $ sur le bar] Pour ton information je me suis fait tranquillos 25 $ en jouant à la bourse ! Acheter quand ça baisse et vendre quand ça monte, c'est ma devise ! Je pourrais bien quitter mon boulot à la centrale pour devenir un golden boy à plein temps ! [ deux hommes se retournent pour écouter ce que dit Homer, qui les remarque et se tourne vers eux] Prenez une Duff les gars.
Homme 1 : [Hans, avec un accent allemand] Oh, je vous remercie, je ne maîtrise pas parfaitement votre langue mais je dois dire que votre bière pour nous c'est du pipi de vache, c'est ce qu'on dit n'est-ce pas ? Seul un cochon pourrait boire une telle chose.
Homme 2 : [Fritz, avec un accent allemand aussi] Merci quand même !
Homer : Hé, vous êtes pas du coin vous, j'me gourre ?
Hans : Ach nein, on vient d'Allemagne ! Il vient de l'est et moi je viens de l'ouest.
Fritz : J'avais une grosse société, il avait une grosse société, là nous avons une très grosse société.
Hans : On aimerait acheter votre centrale, pensez-vous que le propriétaire la vendrait ?
Homer : Hé ben, il se trouve que je sais qu'il veut pas la vendre pour moins de 100 millions $ !
Fritz : 100 millions $ ?!
Hans : [il ouvre une valise pleine de billets et les compte] ein, zwei, drei, vier, fünf... ha ha ne t'inquiète pas, il nous restera encore assez pour acheter l'équipe des Lakers !

SEQ 6 - INT/JOUR Maison des Simpson - Salon
Marge : C'est le miracle qu'on a espéré pendant des années !
Bart : Comment qu'on va le dépenser ?
Patty : A l'heure qu'il est Homer doit être en train d'acheter des billets de Gratte-o-gratte !
Marge : On ouvrira le compte d'épargne qu'on n'a jamais pu ouvrir ! Les enfants, je pense que tout va aller beaucoup mieux à partir de maintenant !
[elle étreint Lisa. Homer arrive, tout content]
Homer : Coucou !
Marge : Oh, Homer ! [elle lui saute au cou]
Homer : Tu sais ?
Marge : Oui on sait ! C'est formidable ! Grâce à cet argent on a déjà fait de grands projets !
Homer : Hé hé hé, ben c'est que pour rien te cacher j'en avais fait moi aussi.
Marge : Qu'est-ce tu veux dire ?
Homer : Je me suis payé des bières.
Selma : [à Patty] C'est encore pire que ce que tu pensais !
Marge : [en colère] Tu t'es payé 5200 $ de bières ?!
Homer : 5200 $ ? Mais qu'est-ce que tu racontes ? [elle lui montre l'écran de télé avec les résultats de la bourse] Quoi ? [ Il se baisse devant la télé pour mieux voir] Oooooohhhhhh !!! Mais je les ai toutes vendues pour 25 $ !
[Homer reste prostré à quatre pattes devant la télé. Bart lui donne un coup de pied aux fesses.]
Bart : Faites comme moi, vous verrez ça défoule !

SEQ 7 - EXT/JOUR Centrale nucléaire - Parking
[Homer se gare, Carl arrive avec une nouvelle voiture]
Carl : Salut Homer !
Homer : T'as acheté c'te caisse avec le fric des actions ?
Carl : Oh je veux mon neveu, et ce qu'il a de sympa là-dedans c'est que tout le monde est riche ! Pour une fois que les prolos ont un peu de bol !
[Homer gémit. Alors qu'il se dirige vers la centrale, tous les employés arrivent dans de nouvelles voitures. L'un d'eux a même acheté une voiture du début du XXème siècle]
Employé 1 : Et attends de voir Lenny, il revient de chez le chirurgien esthétique !
[Lenny arrive avec un sourire jusqu'aux oreilles, et apparemment sa mâchoire est bloquée]
Carl : Hé ben mon vieux t'as eu droit à la totale !
Lenny : Ben j'avais commencé par les poches sous les yeux puis les actions ont monté, alors...
Employé 2 : [dans sa limousine] Hé, venez là ! M. Burns est à la télé !
[Tout le monde se regroupe dans la limousine, à la télé on voit M. Burns, l'air mécontent, et Smithers sortir d'une limousine devant un restaurant appelé « the Hungry Hun ». Les journalistes affluent et Kent Brockman interviewe Burns]

SEQ 8 - EXT/JOUR Devant le restaurant
Brockman : On laisse entendre qu'un consortium allemand vous a proposé d'acheter votre centrale nucléaire. Qu'en est-il exactement ?
Burns : Vous verrez la statue de la liberté porter des culottes de peau avant de voir des allemands diriger ma centrale !
Brockman : Hé bien dans ce cas pourquoi les rencontrez-vous ?
Burns : Afin de regarder l'oncle Fritz bien droit dans le monocle et de lui dire : NEIN !!
[Burns et Smithers entrent dans le restaurant]

SEQ 9 - INT/JOUR Restaurant « The Hungry Hun »
[Burns et Smithers sont à table avec Hans et Fritz. NB : la discussion est en allemand sous-titré français]
Burns : Ce ragoût est excellent.
Smithers : [en français] Vous m'étonnerez toujours, monsieur.
Burns : Mon lèche-botte dit que je l'étonnerai toujours.
Hans : Nous pensons que notre proposition est très généreuse.
Burns : Vous perdez votre temps. [ Fritz lui tend une feuille avec écrit dessus « 100 millions $ ». Burns se met à hurler de joie] J'accepte à contrecoeur. [ NB : cette dernière phrase est en français]

SEQ 10 - EXT/JOUR Devant la centrale
[La centrale a été décorée aux couleurs de l'Allemagne, avec de la musique folklorique et une énorme banderole avec écrit « Willkommen » ( bienvenue ). Burns a rassemblé les employés et s'adresse à eux tandis que les deux allemands lui remettent un chèque géant. Le maire Quimby est également présent]
Burns : Ne vous inquiétez pas. Je peux affirmer que ces messieurs sont aussi américains que le hot-dog. Hans et Fritz et bien ma foi, c'est John et Frank !
Quimby : Ich bin ein Springfielder !
Un employé : Ils font venir leurs propres ouvriers.
Un autre employé : oh ça sent pas bon.
Homer : [abattu] On pourrait tous perdre notre place.
Marge : Regarde-moi tous ces visages défaits... à part Lenny qui a l'air radieux.
Lenny : [toujours avec son sourire « lifté »] C'est le pire jour de ma vie !

SEQ 11 - INT/JOUR Centrale nucléaire
Lenny : [qui n'a plus son sourire crispé !] Ces foutus boches peuvent pas me virer, je suis le seul qui sait débloquer le bouton du dissociateur !
Carl : Il peuvent pas me lourder, y'a que moi qui sait faire marcher le particarificateur de gaz contaminé !
Homer : Et moi ils peuvent pas me virer !
Lenny & Carl : pourquoi ?
Homer : [l'air triste] Parce que...
[un des allemands arrive]
Horst : Guten morgen, je m'appelle Horst. Les nouveaux patrons m'ont choisi pour vous parler parce que je suis le moins intimidant. Peut-être que je vous rappelle le délicieux sergent Schulz dans « Stalag 17 ».
[les employés acquiescent]
Carl : Ha oui il y ressemble hein !
Horst : Quelle est la meilleure façon de faire fonctionner une bonne centrale ?
Tous : Eueueueueueueueueuhhh...
Carl : Je sais pas, pas la moindre idée !
Horst : Heureux travailleurs qui se sentent à l'aise dans le travail ! Bon, tâchons de mieux nous connaître. Y a-t-il parmi nous des alcooliques ?
Employé 1 : Euh moi.
Employé 2 : Moi aussi.
Employé 3 : J'suis bourré en ce moment.
Horst : Vous suivrez une cure de six semaines dans notre centre de désintoxication à Hawaï. Après quoi vous retrouverez votre poste avec un plein salaire.
[Les employés concernés sont fous de joie]
Employé 1 : Hé j'vais pouvoir épouser Elizabeth Taylor !
Homer : [fâché] Du bol les alcoolos !
Horst : D'autre part, nous accordons une über-importance à la sécurité des employés. [il remarque que des gouttes de liquide radioactif tombent du plafond, et qu'il n'y a qu'une simple casserole pour les récupérer ] Nous rencontrerons le contrôleur de sécurité pour avoir une discussion avec lui.
Homer : Ouais c'est ça, remontez-lui les bretelles Horst !
Lenny : Hé pssst Homer, c'est pas toi le contrôleur de sécurité ?
Homer : [il regarde son badge sur lequel est écrit « contrôleur de sécurité »] D'oh !

SEQ 12 - INT/JOUR Centrale nucléaire - Bureau de M. Burns/Bureau de Smithers
[M. Burns signe au dos de son énorme chèque]
Burns : Ça c'est ce que j'appelle un chèque !
[dans son bureau juste à côté de celui de M. Burns, Smithers écoute des cassettes d'initiation à l'allemand]
Voix féminine : [sur la cassette] Vous êtes très élégant, monsieur. [la voix prend un fort accent allemand] Vous êtes très élégant mein herr.
Smithers : [il répète en prenant aussi un accent] Vous êtes très élégant mein herr.
Voix : [avec accent] C'était une décision courageuse, monsieur.
Voix de Burns : [dans l'interphone] Smithers, voulez-vous venir ?
[Smithers rejoint M. Burns]
Burns : Je veux vous offrir un souvenir de moi [il lui tend un cadre avec un photo de lui-même avec Elvis] Je sais que vous avez toujours convoité cette photo d'Elvis avec moi.
Smithers : Il a été si gentil avec sa mère.
Burns : Oui mais je n'ai jamais compris un mot de ce qu'il disait. « Love me tender M. Burns [NB : il prononce « Burns » et non pas « Beurns »] , I am the best in the world, I am the King!”
Smithers : Ha ha arrêtez, vous allez me tuer, monsieur. Ha, monsieur, qu'allez-vous faire maintenant ?
Burns : D'abord je vais me faire poser cette nouvelle hanche qui me fait tant envie, ensuite qui sait, je ferai de l'apiculture, de la boxe, je jouerai aux boules ! L'avenir m'appartient, Smithers ! [il prend une cane avec un diamant incrusté sur le pommeau et met un chapeau sur sa tête] Adieu !
[M. Burns s'en va, Smithers est triste]

SEQ 13 - INT/NUIT Maison des Simpson - Chambre de Lisa
Homer : Lisa, ton père a besoin de ton aide. Tu sais queq'chose sur l'Allemagne ?
Lisa : Hé bien, c'est un pays d'Europe.
Homer : Continue, tu m'intéresses.
Lisa : Une des puissances économiques dans le monde.
Homer : Parce qu'on leur envoie de l'argent ?
Lisa : [elle rit] Non, parce qu'ils sont efficaces et ponctuels et que le goût du travail fait partie de leurs traditions.
Homer : D'oh !

SEQ 14 - INT/NUIT Maison des Simpson - Chambre d'Homer et Marge
Homer : Oh, pauvre de moi !
Marge : Oh Homer, viens te coucher !
Homer : Oh Marge, je vais être viré, je le sens !
Marge : Voyons, ne t'inquiète pas, quoi qu'il arrive on trouvera un moyen pour payer les factures !
Homer : Marge, y'a pas que le problème de l'argent ! Mon boulot c'est mon identité ! Si je suis pas un machin-chose de la sécurité je suis plus rien !
Marge : Si t'arrives pas à dormir, essaie de faire quelque chose de constructif !

SEQ 15- INT/NUIT Maison des Simpson - Cuisine
[Homer a décidé de faire un puzzle]
Homer : Oh, l'étoile de combat Galactica ! [il verse le contenu de la boîte sur la table puis commence son puzzle. Il prend deux pièces qui visiblement ne vont pas ensemble et essaie de les assembler. Et évidemment il n'y arrive pas] Rentre dedans, saloperie, rentre ! [il tape dessus pour les faire aller ensemble] Ha, voilà !

SEQ 16 - INT/JOUR Maison des Simpson - Cuisine
[Homer s'est endormi sur la table de la cuisine, au milieu des pièces de puzzle]
Bart : Hé Homer, faut p'tet que t'ailles bosser !
Homer : [il se réveille] Quoi ? [ il redresse la tête et on voit qu'il a plusieurs pièces collées sur son visage. Il bave et une pièce lui tombe de la bouche]

SEQ 17 - INT/JOUR Centrale nucléaire - Salle de repos
[Homer, qui mange un donut, a l'air soucieux]
Homer : Oh, qu'est-ce que je vais faire ? [Horst arrive, Homer lâche son donut et prend un ton sévère] Hé toi Delepine, c'est pas prudent ça ! Smithy ! La prudencité !
Horst : Homer, puis-je vous dire un mot ?
Homer : [angoissé] Non...
Horst : J'ai dû mal m'exprimer, ma façon de parler votre langue est, comment dire... inélégante. Je voulais dire pourrions-nous avoir une petite discussion amicale ?
Homer : [toujours aussi angoissé] Non...
Horst : Ha, je me suis encore trompé. [il sort de sont gilet un petit dictionnaire bilingue] Nous sollicitons votre aimable présence pour un échange d'idées en toute liberté.
Homer : [il s'enfuit en courant] Nooooooooooooooooon !!!!

SEQ 18 - INT/JOUR Centrale - Bureau de Hans et Fritz
Horst : Vous êtes contrôleur de sécurité depuis deux ans, quelles initiatives avez-vous prises pendant cette période ?
Homer : Heu, toutes.
[Horst et Fritz sont perplexes]
Horst : Je vois. Dans ce cas vous devez avoir quelques bonnes idées pour l'avenir.
Homer : Bien sûr que j'en ai !
[Silence de mort pendant au moins dix secondes...]
Fritz : Lesquelles, par exemple ?
Homer : Ben... je trouve que le distributeur à gâteaux il pinaille, il accepte pas les vieux dollars qui sont usés. [Horst et Fritz sont toujours aussi perplexes] Ben oui, c'est embêtant, parce que les travailleurs ils aiment bien ça les gâteaux !
Horst : Nous comprenons, Homer, après tout nous venons du pays du chocolat !
Homer : Hmmm, le pays du chocolat...
[Homer ferme les yeux et s'imagine dans un monde entièrement fait en chocolat. On le voit courir avec des lapins en chocolat, puis il se met à pleuvoir des pépites de chocolat, Homer en mange... Puis il arrive dans une ville elle aussi tout en chocolat, il mord dans un lampadaire, puis dans un chien qui s'enfuit en jappant, puis dans une boîte à lettres. Après quoi il se précipite vers un magasin qui vend du chocolat.]
Homer : Du chocolat à moitié prix !
[Retour à la réalité]
Homer : [toujours dans son rêve] la la, la la la la la la...
Fritz : M. Simpson ?
Homer : la la la la...
Fritz : M. Simpson ?
Homer : [il se réveille brusquement] Hein ? Oh, scuzez-moi... oui, on parlait du chocolat !
Horst : [en colère] C'était il y a dix minutes !

SEQ 19 - INT/JOUR Centrale - Bureau d'Homer
Homer : [avec un air satisfait] Je pense que je m'en suis pas trop mal tiré.
Carl : Ah ouais au fond ces allemands sont pas si terribles !
Lenny : Ils ont fait des erreurs dans le passé mais c'est effacé, c'est pour ça que les crayons ont des gommes !
Voix de Horst : [dans un haut-parleur] Votre attention s'il vous plaît. Nous avons fini d'évaluer le potentiel de la centrale. C'est avec regrets que nous vous donnons la liste des licenciements, je lirais celle-ci par ordre alphabétique : Simpson, Homer. C'est tout.

SEQ 20 - INT/JOUR Maison des Simpson - Cuisine
[on voit Bart ouvrir une boîte de nourriture pour chat composée de 12 % de carottes et de 88 % de cendres. Puis il en verse le contenu dans l'écuelle de Boule de Neige 2, et une fois les cendres dissipées il ne reste pas grand-chose. Boule de Neige 2 prend un air triste. Homer se laisse complètement aller, il est en sous-vêtements et n'est pas rasé ; il a l'air complètement abattu. Marge arrive coiffée n'importe comment, en fait elle n'a plus une choucroute sur la tête mais deux]
Bart : Aye caramba !
Marge : Tu as vu Bart ? Lisa a réussi à faire des merveilles avec mes cheveux ! On a économisé 40 $, c'est bien non ? On doit se serrer les coudes en attendant qu'Homer ait un nouveau job.
Lisa : J'ai fait une nouvelle savonnette avec des bouts de savon que j'ai pressés ensemble. [elle montre une grosse boule de savon multicolore]
Marge : C'est très ingénieux.
Bart : Aujourd'hui au lieu d'acheter des BD je les ai lues et je les ai laissées au magasin.
Marge : Hmmm, tu devrais pas faire ça.
Lisa : Ma corde à sauter s'est cassée alors je l'ai réparée en faisant un nœud.
Marge : C'est bien, Lisa.
Bart : J'ai pas pris de bain aujourd'hui et j'en prendrai pas demain non plus !
Marge : Je veux que tu prennes un bain, Bart.
Homer : [il essaie de réparer le grille-pain avec une fourchette. Des étincelles en jaillissent] Ces allemands c'est rien que des je-sais-tout ! Qui ils sont pour dire que je suis pas prudent ? Oh, qu'est-ce qu'il a encore ce bidule ? Ça vient pourtant pas de la prise. [on voit que la prise du grille-pain est reliée à une multiprise rafistolée avec du scotch. Les autres prises sont elles aussi en mauvais état et des étincelles en jaillissent]

SEQ 21 - EXT/JOUR Manoir de M. Burns - Parc
[M. Burns joue à la pétanque avec Abraham, Jasper et un autre vieux avec un déambulateur]
Jasper : C'est ça Burnsie, le poignet souple, souple ! Tu pointes, tu tires pas.
[M. Burns lance la boule, qui tombe lamentablement à ses pieds. Les trois autres vieux rigolent]
Burns : [fâché] C'est mon parc ! Déguerpissez !
[ils s'en vont en rigolant toujours]
Abraham : Ça valait pas le coup !

SEQ 22 - INT/JOUR Centrale - ancien bureau de M. Burns/Manoir de Burns - Ring de boxe
Smithers : [au téléphone avec M. Burns] Ici c'est devenu un vrai foutoir, monsieur. Ce qu'ils ont fait de votre bureau est obscène. [on voit qu'en fait les allemands ont fait de l'ancien bureau de Burns une garderie pour bébés ; on voit donc des bébés qui jouent]
Burns : Vous n'avez pas choisi le bon moment pour m'appeler, Smithers. Par contre ce soir mon cours de guitare folklorique a été annulé, ça vous dirait de venir prendre un verre ?
Smithers : [ravi] Si ça me dirait ?!
Burns : Bien, je vous laisse, à 18 h alors ! [Burns raccroche puis met un casque et un protège-dents. On se rend compte qu'il est sur un ring de boxe et qu'il s'apprête à s'entraîner avec un homme beaucoup plus grand et fort que lui] Tu vas mordre la poussière, mon ami !
Boxeur : Oui, m'sieur Burns.

SEQ 23 - EXT/JOUR Centrale
[les allemands font l'inventaire des disfonctionnements de la centrale. On voit un liquide radioactif vert s'écouler d'une des tours de refroidissement.]
Horst : C'est pas possible !

SEQ 24 - INT/JOUR Centrale
[ils découvrent des ratons laveurs sous un panneau de contrôle]
Horst : [ ????], des ratons laveurs !

SEQ 25 - EXT/JOUR Manoir de Burns
[M. Burns fait de l'apiculture et donc de nombreuses abeilles lui tournent autour]
Burns : C'est ça, allez recueillir le nectar, mes jolies. Et faites du miel, du miel pour vos enfants... Petites idiotes ! [il part d'un rire diabolique]
Smithers : On le prend ce verre, monsieur ?
Burns : Un instant Smithers, laissez-moi vous présenter ma bande. Voici Buzz, et là c'est Miel. Et vous voyez cette reine ici, elle s'appelle Smithers !
Smithers : Oh je suis très flatté monsieur mais allons-y, je viens d'être piqué plusieurs fois.

SEQ 26 - INT/NUIT Bar de Moe
[le téléphone sonne]
Moe : Taverne de Moe, j'écoute.
Bart : Euh ouais, je voudrais parler à monsieur Vaisaleine. Prénom Moe.
Moe : Ouais, un instant, je vais voir. Euh, Vaisaleine, Moe. Moe Vaisaleine. Alors quoi, Moe Vaisaleine ça vous dit rien les gars ?
Barney : Ha ça tu fouettes !
[les clients du bar rient]
Moe : Oh, c'est encore toi hein ? [on entend Bart rire au bout du fil] Écoute-moi. Quand je t'attraperai je me servirai de ta tête comme bidon et je repeindrai ma maison avec ta cervelle !
[Bart rigole]

SEQ 27 - INT/NUIT Maison des Simpson - Cuisine
[Bart raccroche]
Marge : [qui a retrouvé sa coiffure normale !] Bart, je veux que tu ailles à la taverne de Moe et que tu ramènes ton père à la maison.
[Bart semble avoir peur à l'idée de devoir aller au bar de Moe]

SEQ 28 - INT/NUIT Bar de Moe
[Bart entre dans le bar et se faufile sans faire de bruit pour ne pas se faire voir de Moe]
Bart : [à un poivrot] Excusez-moi, je cherche mon...
Moe : Qu'est-ce que j'entends ? Mais je connais cette voix... [on voit l'ombre de Moe se rapprocher de Bart qui est terrorisé] Si c'est pas le petit Bart ! Mais je t'avais pas revu depuis des années !
Bart : [rassuré] C'est vrai ça ! [montrant Homer qui dort en ronflant sur le bar] C'est mon pater.
Moe : Ha mon petit Bart ! Ici on a tous entendu parler de tes pitreries ! Je parie que ton père est même pas au courant de toutes les bêtises que tu fais, j'me trompe ? Hein, dis, j'me trompe ?
Bart : Non, ça m'arrive de faire des farces au téléphone.
Moe : [il rit] c'est bien, ça. [il caresse la tête de Bart] Tu voudrais pas chanter la chanson que tu me chantais avant ?
Bart : Pour toi Moe, je ferais n'importe quoi !
[au même moment, M. Burns et Smithers arrivent devant la taverne en voiture]
Burns : Regardez, une taverne de prolos. Venez Smithers, on va aller s'encanailler.
[A l'intérieur de la taverne, Bart est debout sur le bar et chante. Tous les poivrots se balancent en rythme]
Bart : Quand j'étais petit, je n'étais pas grand,
Je montrais mon cul à tous les passants,
Les passants disaient « veux-tu le cacher »
Moi j'leur répondais « veux-tu le lécher », héhé !
[tous les poivrots rigolent et acclament Bart]
Moe : C'est très bien fiston. [il lui donne une barre de chocolat] C'est un phénomène, un vrai phénomène !
Burns : [à la porte du bar] Ha, écoutez le rire forcé des damnés de la terre. Bouchez-vous le nez Smithers, on va entrer. [ils entrent] Regardez comment je vais me mélanger à eux. [il s'approche d'Homer, qui se réveille] Patron ! Une petite mousse pas chère pour moi et mon copain, là !
Homer : [en colère] J'suis pas votre copain, espèce de vieux serpent radin !
Burns : Smithers, qui est ce grossier personnage ?
Smithers : Homer Simpson, monsieur, du secteur sieben grüber... euh je veux dire du secteur 7G, il vient d'être remercié.
Homer : Oui, j'ai paumé mon boulot pour que vous vous mettiez 100 millions dans les fouilles. [il le tape] Je peux vous demander queq'chose ? Quand vous avez le cafard, il vous aide votre pognon ?
Burns : Oui.
Homer : OK, c'est pas le bon exemple... Bon alors répondez-moi : votre pognon il vous prend dans ses bras quand vous rentrez chez vous ?
Burns : Euh, non...
Homer : Et est-ce qu'il vous dit « je t'aime » ?
Burns : [l'air triste] Non, il le dit pas.
Homer : Personne ne vous aime. [il se met à chantonner] Personne ne vous aime ! Vous êtes vieux et moche ! Personne ne vous aime !...
[tout le monde dans le bar rit]
Burns : [désemparé] Bon sang Smithers, regardez ça, ils n'ont plus peur de moi !
Bart : Hé m'sieur Burns, vous avez reçu ma lettre ?
Burns : Une lettre ? Je n'ai pas reçu de lettre.
Bart : Oh bah c'est parce que j'ai oublié de la timbrer ! [il lui écrase méchamment le pied]
Burns : Ouille !
[tout le monde rigole]
Moe : Oh qu'est-ce qu'il me botte ce gamin !
Burns : C'est pas un mauvais rêve, allons-nous-en.
[Burns et Smithers quittent le bar, tout le monde se met à chanter]
Tous : Na na na na, na na na na, na nère, au revoir !
Burns : [devant le bar] A quoi ça sert l'argent si on ne peut pas inspirer de la crainte à son prochain ? Il faut que je récupère ma centrale !
[en entendant ces mots, Smithers est ravi]

SEQ 29 - INT/JOUR Centrale nucléaire - Bureau
[On voit une goutte de liquide radioactif tomber sur une corde qui maintenait des tonneaux. La corde casse, libérant les tonneaux qui font s'effondrer une poutre qui maintenait le plafond. Le plafond s'écroule et un employé tombe]
Hans : Ha, Gott in Himmel ! Qui aurait cru que cette centrale pouvait être un tel attrape-couillons !
Fritz : Ça coûterait 100 millions de plus rien que pour la mettre en conformité !
[Burns fait son entrée, Smithers pose une serviette au sol et Burns s'agenouille dessus]
Burns : Je vous en prie, revendez-la-moi, je paierai n'importe quoi.
Horst : Ha, voilà une heureuse coïncidence ! Vous voulez désespérément l'acheter et nous on veut désespérément la vendre !
Burns : Désespérément ? [il se relève] Avantage : Burns. [il prend un morceau de papier et commence à écrire] Voici mon offre, vous trouverez cela sans doute malhonnête, mais c'est une balle de match. [il leur donne la feuille]
Hans : Mais monsieur Burns, ça représente la moitié de ce que nous vous avons donné !
Burns : C'est ma dernière offre, à prendre ou à laisser !
Horst : D'accord M. Burns, vous avez gagné. Mais attention, nous les allemands nous ne sommes pas que sourires et facéties.
Burns : Ouh, les allemands sont en colère après moi, ouh j'ai très peur, ouh les allemands ! Wo-ho, les allemands !... [ il fait semblant de se cacher derrière Smithers qui rigole]
Fritz : Ça suffit, arrêtez je vous prie.
Burns : ...Oh les méchants ! Ne laissez pas les allemands m'attraper !...
Fritz : Arrêtez de faire semblant d'avoir peur !
Hans : Suffit !
Burns : ...Ne les laissez pas m'attraper, ouh ils sont si grands et si forts...
Horst : Arrêtez, arrêtez M. Burns !
Burns : ...Protégez-moi des méchants allemands, ouh...
Hans : Ne faites pas semblant d'avoir peur !
Fritz : Ça suffit, Burns !

SEQ 30 - INT/JOUR Centrale - Bureau de M. Burns
[Burns ouvre la porte de son bureau et découvre qu'il est rempli de bébés]
Burns : Dehors ! C'est mon bureau ! Allez-vous-en ! [tous les enfants déguerpissent sauf un qui dort] Toi aussi ! C'est un lieu de travail ici, pas un coin-dodo pour morpions ! [le gamin part en pleurant]
Smithers : Vos ordres, monsieur ?
Burns : Ré-aménagez mon bureau ! Annulez les réparations ! Et ré-embauchez ce type qui s'est foutu de moi dans ce bar !
Smithers : Homer Simpson ? Mais pourquoi ?
Burns : [sortant un coupe-papier de son bureau] Smithers, je garde mes amis près de moi. Et mes ennemis encore plus près. Il reprendra lentement confiance au fur et à mesure que les mois et les années s'écouleront, sans se douter un instant qu'une épée de Damoclès est suspendue au-dessus de sa tête. Et un jour, au moment où il s'y attendra le moins...
[il plante le coupe-papier dans le ventre d'un cochon en peluche, qui émet un couinement]

SEQ 31 - INT/JOUR Maison des Simpson - Cuisine
Homer : Youpiiiiiiiii ! J'ai retrouvé mon boulot !
L'équipe du site | A propos
©2000-2022 The Simpsons Park